Update: 27.05.2018

Soil stores 10% of the world's carbon dioxide emissions.

   Facebook Logo Linked In Logo 

The International Union of Soil Sciences (IUSS) is the global union of soil scientists. The objectives of the IUSS are to promote all branches of soil science, and to support all soil scientists across the world in the pursuit of their activities. This website provides information for IUSS members and those interested in soil science.

in memoriam - Marcel Jamagne (1931-2015)

Marcel JamagneMarcel Jamagne passed away at Orléans on September 30th 2015. He was born in Brussels on November 17th 1931.

Originally Belgian, he took French nationality in 1978. Marcel Jamagne studied agriculture engineering with specialization on waters and forests in the Faculty of Agricultural Sciences at Gembloux. After his military service as reserve officer of the armed air forces, he started his career  as soil mapper at the INEAC Division ‘Agrology’. INEAC stands for: National Institute for agricultural studies of Congo (presently, Democratic Republic of Congo).

This team of soil prospectors worked under the leadership of late Carl Sys who eventually will join Ghent University as professor of tropical soil science. During his time in Congo, Marcel Jamagne conducts two important soil survey missions: one of Tshuapa in the lower Congo basin and one of Maniema near South Kivu. He also participated in the redaction of the reference book “Mapping the soils of Congo, Principles and Methods” (Sys, 1961), which was the first published manual in French on soil mapping methods. After return in Belgium in August 1960, upon the dramatic events taking place during the independence struggle, he joins the Belgian Centre of Soil Mapping (Director: René Tavernier) and participates in the pedological soil prospection of the Ardennes in collaboration with Joseph Deckers (the father of Seppe).

At the same time in France, Jean Hébert (INRA) director of the agronomic station of Laon, creates the Service of the Soil Map of the department of the Aisne. The mission of this young service is to establish a soil map at medium scale (1/25 000) starting from field survey data at detailed scale (1/5000) for the whole department. In order to develop this service, Jean Hébert, aware of identical work realized for the soil map of Belgium, takes contact with René Tavernier so as to obtain his collaboration in terms of an experienced pedologist. In this way, Marcel Jamagne becomes in 1961 the Director of the Service of the Soils of the Aisne till 1969. During all those years “Jamagne”, the Service is flourishing thanks to his competence, his efficiency and his outreach. The Service of the Aisne not only gained an excellent reputation nationally but also at European level. Marcel Jamagne encourages his colleagues to engage in pedological studies (pedogenesis) as well as in continuous professional formation. He himself obtains his license of soil mapping (1966) from the University of Ghent where he presents a thesis on micromorphology of soils developed from Loess.

From these soil mapping experiences in Belgium, in Congo and France, he publishes a reference book on ‘field soil science’, which will become a prime reference for many pedologists, titled “Base and techniques of soil mapping” (INRA, 1967).  In parallel, he undertakes fundamental research on the evolution of leached soils of the Paris Basin, the results of which are in 1973 written up in his doctoral thesis at the Faculty of Agricultural Sciences of Gembloux University, titled: “Contribution to the pedogenetic study of loess formations of North France”.

During this time Marcel Jamagne participates to the French soil classification system which is elaborated upon by Jean Boulaine and Rene Bétremieux and which is launched in 1967. Meanwhile (1967-1968), Gustave Drouineau, general inspector of INRA argues for the creation of the Service  of Soil Study and of the Soil Map of France (SESCPF), and in 1969 Marcel Jamagne is assigned Director of this new Service. This Service is initially installed in the Research Centre INRA at Versailles and it focusses mainly on soil mapping at 1/100 000 scale on IGN sheets, using a taxonomic soil classification. In 1982, the Service moves to new premises at Orléans. Slowly soil mapping units evolve towards a representation of landscape sequences based on the notion “soilscape”. Under the influence of Marcel Jamagne,  the dynamic of SESCPF will lead to numerous research actions on in-depth understanding the soil distribution, the fundamental behavior and the functioning of the soil in its natural environment. With its installation at Orléans, the Service is enriched with a soil physics and soil mineralogy labs as well as a soil informatics unit.

In 1990, the programme IGCS (Inventory, Management and Soil Conservation) elaborates upon a database at 1/250 000 for the great administrative regions of France and for the reference sectors, documents at 1/10 000 replace the initial programme at 1/100 000. Next to all these efforts at National level, Marcel Jamagne participates in different European and other international programs (FAO, UNESCO, CCE later UE), particularly through the EU-Joint Research Centre (JRC) at Ispra, Italy. Thanks to the recognized competence of the ‘Service’, it progressively becomes the focal point of different programs such as the Soil Geographical Data base for Eurasia and the Mediterranean. Furthermore Marcel Jamagne engages in programs of Latin America and Asia. Marcel Jamagne can be considered the father of soil mapping in France and one of the fathers of the soil mapping in Europe. He officially  leaves the direction pavilion of SESCPF in 1997 when it split up in two units: ‘Infosol’ and ‘Soil Science’. He is then nominated by the INRA, as ‘Director of Research Emeritus’ in charge of mission. However, did he ever retire? In charge of mission, he continues to be implicated in the programme of the ‘Geographical Data Base of the Soils of Europe’. He continues to intervene (1994 – 2001) in the national diploma of pedology and particularly in field surveys. He edits a remarkable synthetic oeuvre on the soils of France titled: “The Grand Soilscapes of France” (Quae, 2011). A few weeks before passing away, he was still working on the update of a soil map at 1/100 000 scale.

Marcel Jamagne was member of the Agricultural Academy of France and honorary member of the International Union of Soil Sciences, cavalry of the honorary Legion and Merited Agricultural Officer (France). He has been president of the French Association for Soil Studies (1996-1999) and vice-president of the IUSS (1994-1998). Apart from being an exceptional scientist and remarkable chief, Marcel Jamagne was an extremely warm person, very human, with a sparkling look in his eyes, a smart smile, always having the right word for relaunching the good spirit. If he had one personal ambition, one of delivering his work to utmost perfection, he was even so preoccupied of the promotion of his collaborators, from the smallest technician up till the engineer. Marcel Jamagne was an exceptional and inexhaustible worker. How many weekends he spent reviewing text of publications and reports, how many evenings working in his office or at the table in his living until fatigue obliged him to take some rest! All this work load, all these writings could never have been realized but thanks to the love of Christiane, his wife, who has accepted a sacrifice which others would have refused. Anybody who knew him, either from close or from a distance will never forget him, Marcel Jamagne, league of the Soil Science, a heritage, a richness and a remarkable importance which will mark for a long time our discipline.

 

Clément MATHIEU

_____________________________________________________________________________


French version:

Marcel Jamagne

Marcel Jamagne est décédé à Orléans le 30 septembre 2015. Il était né à Bruxelles le 17 novembre 1931.
De nationalité belge, il prend la nationalité française en 1978. Après des études d’ingénieur agronome, spécialisation eaux et forêts à La Faculté des Sciences agronomiques de Gembloux, et son service militaire en qualité d’officier de réserve à l’armée de l’air, il commence en 1957 une carrière de pédologue cartographe à la Division d’agrologie de l’INEAC, l’Institut national pour l’étude agronomique du Congo (aujourd’hui République démocratique du Congo).
Ce groupe Prospection et Cartographie de la Division d’agrologie est dirigé par Carl Sys qui deviendra par la suite professeur de pédologie tropicale à l’Université de Gand. Durant cette période congolaise, Marcel Jamagne effectue deux missions pédologiques importantes, celle de la Tshuapa dans la cuvette du fleuve Congo et celle du Maniema en limite du Sud Kivu. Il participe également à la rédaction de l’ouvrage « La cartographie des sols au Congo, ses principes et ses méthodes » (Sys, 1961) qui est le premier manuel publié en français sur les méthodes de cartographie des sols.
De retour en Belgique en août 1960 suite aux événements dramatiques se déroulant au Congo devenu indépendant, il intègre le Service de la Carte des sols de Belgique (Directeur : René Tavernier) et participe à la prospection pédologique en Ardennes en collaboration avec Joseph Deckers (le père de Seppe).
A la même période, en France, Jean Hébert (INRA) directeur de la Station agronomique de Laon crée le Service de la Carte des sols du département de l’Aisne. Ce jeune service a pour mission d’établir une carte des sols à moyenne échelle (1/25 000) à partir de levés de terrain à grande échelle (1/5000) sur tout le département. Pour développer ce service, Jean Hébert connaissant le travail identique réalisé pour la carte des sols de Belgique s’adresse à René Tavernier pour obtenir sa collaboration par l’intermédiaire de l’un de ses pédologues expérimentés. Marcel Jamagne devient ainsi en 1961 le Directeur du Service de la Carte des Sols de l’Aisne, direction qu’il quitte en 1969.
Durant ces années “Jamagne”, le Service connaît un développement exceptionnel grâce à ses compétences, son efficacité et son rayonnement. Le rayonnement du Service de l’Aisne est non seulement national mais aussi européen. Marcel Jamagne soutient et encourage aussi ses adjoints à l’étude des sols (recherches en pédogenèse) ainsi qu’à la formation continue. Lui-même suit la licence de cartographie des sols (1966) dispensée par l’Université de Gand où il présente un mémoire sur l’aspect micromorphologique des sols sur limon lœssique.
A partir de ses expériences de la cartographie des sols en Belgique, au Congo puis maintenant en France, il publie un ouvrage qui fera date en pédologie de terrain et deviendra un référentiel pour de nombreux pédologues ; il s’agit de « Bases et techniques d’une cartographie des sols » (INRA, 1967). Parallèlement, il entreprend une recherche fondamentale sur l’évolution des sols lessivés du Bassin de Paris, recherche qui aboutit en 1973 à la soutenance d’une thèse de doctorat à la Faculté Universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux sous le titre « Contribution à l’étude pédogénétique des formations lœssiques du Nord de la France ».
Pendant cette période s’élabore sous la direction de Jean Boulaine et de René Bétremieux la classification française des sols qui voit le jour en 1967 et à laquelle participe activement Marcel Jamagne. Toujours durant cette période (1967-1968), Gustave Drouineau, alors inspecteur général de l’INRA plaide la création du Service d’Etude des Sols et de la Carte Pédologique de France (SESCPF) et c’est à Marcel Jamagne qu’est confiée en 1969 la direction et le développement de ce nouveau Service. Ce Service s’installe d’abord dans le centre INRA à Versailles et les travaux sont presque exclusivement orientés vers la cartographie des sols pour une présentation à 1/100 000 selon le découpage de l’IGN et par rapport à un schéma de classement taxonomique. En 1982, le Service s’installe dans des nouveaux bâtiments à Orléans. Petit à petit ; la cartographie des Sols évolue vers la représentation de séquences paysagiques basées sur la notion de « pédopaysage ».
La dynamique du SESCPF insufflée par Marcel Jamagne va conduire à la réalisation de nombreuses actions de recherches se rapportant à la compréhension de la distribution, du comportement et du fonctionnement des sols dans le milieu naturel. Avec l’installation à Orléans, le Service s’enrichit d’un laboratoire de physique et de minéralogie des sols et d’une unité d’informatique.
En 1990, le programme IGCS (Inventaire, Gestion et Conservation des sols) élaborant pour les grandes régions administratives une base de données à 1/250 000 et pour des secteurs de référence des documents à 1/10 000 prend la suite du programme initial des cartes à 1/100 000.
Conjointement au développement et à la direction de tous ces programmes traitant de l’espace national, Marcel Jamagne participe à différents programmes européens et internationaux (FAO, UNESCO, CCE puis UE) tout particulièrement par le canal du Centre Commun de Recherches (JRC : Joint Research Center) puis du Bureau Européen des Sols à Ispra. Grâce à la compétence reconnue des ingénieurs du Service, celui-ci se voit confier progressivement la coordination scientifique de plusieurs programmes importants dont celui de la Base de Données Géographiques des Sols de l’Europe (Soil Geographical Data Base for Eurasia and the Méditerranean) sans compter la participation à d’autres programmes en Amérique latine et en Asie. Marcel Jamagne peut être considéré comme le père de la cartographie des sols en France et un des pères de celle en Europe.
Il quitte officiellement la direction du SESCPF en 1997 quand celui-ci est scindé en deux unités : Infosol et Science du Sol. Il est alors nommé par l’INRA Directeur de recherche émérite et chargé de mission. Mais a-t-il un jour vraiment pris sa retraite ? Chargé de mission, il s’implique surtout dans le programme de la Base de Données Géographiques des Sols de l’Europe. Il continue à intervenir (1994-2004) dans le DEA national de pédologie et particulièrement lors des camps de terrain. Il rédige également un remarquable ouvrage de synthèse sur les sols de France avec pour titre « Grands paysages pédologiques de France ». (Quae, 2011). Quelques semaines avant son décès, il travaillait encore à l’actualisation d’une carte des sols à 1/100 000.
Marcel Jamagne était membre de l’Académie d’Agriculture de France et membre d’honneur de l’Union Internationale de Science du Sol, chevalier de la Légion d’honneur et officier du Mérite agricole (France). Il a été président de l’Association française pour l’Etude du sol (1996-1999) et vice-président de l’IUSS (1994-1998)
En dehors du scientifique exceptionnel et du chef remarquable, Marcel Jamagne était un homme extrêmement chaleureux, très humain, au regard pétillant, au sourire malin, ayant toujours un mot pour redonner de l’entrain. S’il avait une ambition personnelle, celle de rendre toujours son travail le plus achevé possible, il était également soucieux de la promotion de ses collaborateurs, du plus petit technicien jusqu’à l’ingénieur.
Marcel Jamagne était un travailleur exceptionnel et infatigable. Combien de week-ends passés à reprendre des textes de publication ou de rapports, combien de soirées de travail dans son bureau personnel ou sur la table du salon jusqu’à ce que la fatigue l’abatte et l’oblige à prendre un court repos. Toute cette somme de travail, tous ces écrits n’ont pu être réalisés que grâce à l’amour de Christiane, son épouse, qui a accepté un sacrifice peu commun que d’autres auraient refusé, quand ce n’étaient pas d’autres soirées entre amis pédologues où nous refaisions le monde de la pédologie.
Aucun de ceux qui l’ont connu, Aucun de ceux qui l’ont approché de près ou de loin, personne ne l’oubliera. Marcel Jamagne lègue à la Science du sol un héritage d’une richesse et d’une importance remarquables qui marquera pour longtemps notre discipline.
Clément MATHIEU